Finance, économie pour les nuls   MAJ 2021

L'Italie

 

 

 

 



UNE  TRIBUNE

d’Alain Lemasson

(Les Échos le 16 juin 2021)

 

   

 

L’Italie inquiète l’Europe

  

La désignation de l’ancien Président de la BCE, Mario Draghi, à la tête du gouvernement italien en février 2020 avait rassuré l’Europe quant à l’orientation pro-européenne de l’Italie. Et l’on pouvait voir par ailleurs dans la générosité de l’aide post-covid promise par Bruxelles une manière  d’assurer dans la durée cette disposition positive.

 

La trêve aura été hélas de courte durée. Comme le rapporte le magazine The Economist, la reprise rapide de l’immigration illégale vers l’Italie, un temps freinée par la pandémie, aura suffi à redonner voix et substance au courant anti-européen. Les sondages donnent ainsi un cumul de 40 % aux deux partis porteurs de ce courant, un score qui les assurerait du contrôle de l’exécutif dans l’hypothèse de nouvelles élections.

 

Le problème est que le calendrier électoral italien est menacé d’accélération avec la perspective d’une démission de Mario Draghi, qui pourrait succéder à l’actuel Président de la République dont le mandat expire au début de l’année  2022.

 

On assisterait alors à l’étrange situation d’un gouvernement d’inspiration anti-européenne chargé de transformer l’économie du pays grâce à l’argent que Bruxelles s’est engagé à lui verser.

 

Conscients que cette aide ne serait pas allouée sans garanties, les dirigeants des deux partis ont d’ores et déjà pris les devants d’un futur bras de fer, annonçant la première mesure qui marquerait leur arrivée au pouvoir : un amendement à la constitution donnant priorité aux lois italiennes sur les traités européens.

 

Il s’agit donc là d’une menace explicite et directe de sortie de l’Union Européenne, assortie de la volonté de redonner à l’Italie sa souveraineté économique. « Je me prépare à gouverner la nation » a récemment déclaré la dirigeante de celui des deux partis le mieux placé dans les sondages, et le plus radical.

 

Le problème ainsi posé à l’Europe est celui de la contagion aux autres membres de l’Union des projets anti-européens de l’extrême droite italienne.

 

Un puissant foyer de contagion  figure déjà au Parlement Européen. Avec 28 députés (sur 74) l’Italie domine le Groupe  Identité et Démocratie dont les membres sont issus de l’extrême droite de dix pays, incuant la France, numéro deux avec 23 députés (dont 21 RN) et l’Allemagne (11 députés AfD). Le site officiel du groupe est sans ambiguïté quant à ses priorités : la lutte anti-immigration et le retour à l’autonomie des pays membres de l’Union.

 

Identité et Démocratie agit comme une caisse de résonance des revendications convergentes des partis d’extrême-droite en Europe, mettant ainsi en évidence le double langage de ceux qui, comme en France, cherchent plutôt à rassurer.

 

Au-delà des postures électorales, le plus inquiétant, pour l’Italie et surtout pour la France, est la menace d’une sortie de l’Europe par la voie constitutionnelle. On peut imaginer un grignotage progressif des lois européennes, en commençant par exemple par la liberté donnée à ces deux pays de protéger leurs propres frontières. Ce serait bien là l’amorce d’une dislocation progressive de l’Europe.

 

Une révision constitutionnelle n’est pas une mince affaire et requiert en France notamment, à la lettre du droit, le vote des deux chambres. Mais les choses ne sont pas aussi sûres, comme l’ont montré quelques épisodes de l’histoire de la 5ème République. Et on peut imaginer les dégâts que causeraient en Italie comme en France, les appels à l’opinion, le recours au référendum, l’effet d’amplification par les alliés de l’extrême droite européenne, les connivences d’autres partis.

 

L’expérience des gouvernements populistes montre la capacité exceptionnelle de leurs leaders à s’accrocher au pouvoir dès lors qu’il est conquis, par tous les moyens, et les plus extrêmes. L’épisode Trump, toujours soutenu par 40% de l’électorat, doit inciter à la vigilance, d’autant que 40%, c’est précisément le score de l’extrême droite italienne et peut-être bientôt celui de son homologue française.

 

Alain Lemasson 

Fondateur du site INFOFI2000.com

 

 

 

 

 

 

 

# R bleu.jpg
    

  #   1a.jpg

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



21/09/2021